Articles

Petit guide pour auteurs indés débutants

Vous venez de poser le point final à votre texte et vous vous demandez comment le publier ? Le vendre ? Le tout en étant indépendant et en vous auto-publiant ? Voici un petit guide non-exhaustif des actions à entreprendre.
1) Faire corriger votre texte. Même si vous êtes convaincu de maîtriser la langue française, sachez que personne n'est parfait. De plus, vous avez probablement eu le nez dans votre texte pendant une longue période, ce qui vous empêche d'avoir assez de recul sur celui-ci. Il est donc primordial de faire relire et corriger votre œuvre par quelqu'un d'autre. Mais attention ! Je ne parle pas de simplement le faire lire par un ami ou un membre de votre famille. Il s'agit ici de trouver quelqu'un qui a de bonnes connaissances en grammaire et orthographe, et qui soit prêt à lire attentivement, avec un œil critique. Corriger un texte est une lourde tâche qui réclame qu'on s'y investisse. Même le style doit être sujet à critiques. Si vous ave…

Addict aux réseaux sociaux

Être auteur, au-delà de tout ce que ça a de chronophage et d'imaginophage (oui, je viens d'inventer ce mot), ça comporte son lot d'effets secondaires. Et comme vous avez lu le titre de cet article, vous savez que je vais parler d'addiction aux réseaux sociaux.
Je ne suis pas quelqu'un de très social à la base, ni de sociable en fait. J'ai peu d'amis, je sors peu. En bref, je suis un ermite qui se soigne à coups d'échanges humains occasionnels. J'ai toujours utilisé les réseaux sociaux comme vecteur de communication sur mes réalisations, soit professionnelles, soit personnelles mais artistiques. Je m'en suis rarement servi pour parler de moi ou de mon quotidien (qui ça intéresse, après tout ?)
Mais voilà, depuis que je suis officiellement auteur (c'est à dire depuis le début de cette année), je passe de plus en plus de temps sur Twitter et Facebook. La question que je me suis posée avant d'écrire cet article, c'est : pourquoi ?
La pr…

5 bonnes raisons d'écrire sous Google Doc

Il existe beaucoup d'outils qui permettent d'écrire. Laissez-moi vous donner 5 bonnes raisons d'utiliser Google Doc !
1) Gratuit Ça peut paraître peu pertinent de parler de gratuité quand on voit tout ce qui existe, comme Open Office, mais comparé à un Microsoft Office, c'est toujours bon de rappeler que les outils Google sont gratuits (dans la limite des 15 Go de votre compte Google)
2) Dans le cloud Que ce soit depuis votre ordinateur, votre tablette ou même votre téléphone, vos documents sont accessibles partout. Vous pouvez donc écrire n'importe où, n'importe quand, sans avoir à faire des copier-coller pour rassembler vos écrits.
3) Partageable Une gestion des droits pour chaque document est disponible. Vous pouvez donc donner accès à vos amis ou beta-lecteurs via leur adresse email. Plus la peine d'envoyer des fichiers pour partager vos textes.
4) Commentable Grâce à son système d'annotations, vous ou vos amis pouvez laisser des commentaires, et m…

Les news de mai 2017

Ça va bientôt faire 3 semaines que je n'ai pas publié sur ce blog. Il faut vraiment que je me discipline un peu... J'ai donc décidé de me forcer à sortir au moins un billet à la fin de chaque mois, pour vous détailler ce qu'il s'y est passé. Ce n'est pas parce que vous êtes peu à me lire ici que je dois négliger cet aspect de mon "travail".
Donc, le mois de mai a été assez... compliqué. Je n'entrerai pas dans les détails, mais j'ai eu un gros soucis personnel qui a pas mal occupé mon temps et mon esprit. J'ai donc assez peu écrit. J'ai quand même réussi à pondre un texte pour l'AT "Lovetopia" de la maison d'édition Nutty Sheep. La romance, ça n'est clairement pas mon truc mais comme il y avait un cadre SF, j'ai pu m'amuser un peu. Il va falloir attendre fin juin pour voir s'il est sélectionné.
En parallèle, j'essaie de terminer l'épisode 2 de John Fade : "mAc À dAmes" (oui je sais, le ti…

Mon premier texte publié par un tiers

J'ai choisi d'être indépendant, c'est vrai. Est-ce pour autant que je dois toujours tout publier moi-même ? Pas forcément.
Si j'ai choisi l'indépendance, c'est avant tout pour garder la maîtrise de mes œuvres et pour avoir la liberté de choisir où et comment les publier. Je n'ai donc jamais eu de soucis à répondre à des AT (appels à textes).
Fin du mois d'avril, j'ai eu la surprise de découvrir qu'un de mes textes a été choisi et sera prochainement publié. Je ne m'attends évidemment pas à faire fortune avec, puisqu'il sera mélangé à d'autres au sein d'un recueil.
Mais je le considère quand même comme une victoire. Après tout, ça signifie que mon écriture et ma narration sont suffisamment bonnes pour retenir l'attention d'une maison d'édition. Et même s'il y a eu des corrections à apporter à mon texte, ça me démontre que je ne fais pas fausse route en pensant pouvoir écrire pour les autres. Et ça, ça me donne la b…

L'intention d'un auteur compte-t-elle ?

En discutant avec un lecteur (le même qui a fait la critique que je vous ai partagé 2 articles plus tôt), je me suis rendu compte qu'il avait eu du mal à apprécier mon texte car il n'arrivait pas à clairement distinguer mes intentions. Et bien sûr, je m'interroge à ce sujet. Alors... Le titre de cet article est un peu biaisé. Évidemment qu'un auteur doit avoir des intentions lorsqu'il écrit, mais c'est à un autre niveau que je me pose des questions. Deux autres niveaux, pour être exact.
1) Un lecteur doit-il connaître et comprendre les intentions de l'auteur ? 2) L'auteur doit-il faire attention à ce que ses intentions soient compréhensibles ?
En tant que lecteur, j'avoue que je m'en fous un peu des intentions de l'auteur. Après tout, c'est de l'art, et donc purement subjectif. Ce que je vais penser ou ressentir ne dépend uniquement que de ma propre expérience et de l'état d'esprit dans lequel je vais recevoir l'œuvre. Ç…

L'Indé Panda, le magazine gratuit des indés

Je commence à me faire mon petit trou dans l'univers des indés. Je découvre quasi chaque jour des auteurs qui m'intéressent, des maisons d'édition à la ligne éditoriale originale ou encore des collectifs ou associations qui promeuvent (il est bizarre ce verbe, non ?) les indés, sans parler des chroniqueurs, évidemment.
Et aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'un magazine gratuit qui, en plus de m'offrir de la lecture de qualité, m'a fait découvrir des auteurs à la plume agile et à l'imagination fertile. J'ai nommé L'Indé Panda.
Le 1er volume de ce magazine est paru le 1er octobre 2016 et propose 12 nouvelles de 500 à 6000 mots, sur des thèmes assez différents. Le 2e volume est sorti le 1er janvier 2017 et le 3e devrait paraître d'ici peu.
Le magazine fonctionne sur un principe d'AT (Appel à Textes), et les meilleures nouvelles sont sélectionnées pour composer le prochain numéro. Et en plus de proposer des textes de qualité, ils m…